Mathieu Desaphie


Dans le cadre du blog "Conscious People" by Venitz, nous interviewons les acteurs de la transition verte pour en savoir plus sur les derrières de leurs engagements. Aujourd'hui, voici l'histoire de Mathieu Desaphie.

 

Bonjour à tous, je suis Mathieu Desaphie, le créateur de la marque de vêtements et combinaisons de surf SEN NO SEN.

Aujourd'hui, je dédie une grande partie de mon quotidien à être heureux en développant un business à la fois rentable et qui a du sens. 

Mon engagement éco-responsable, je le dois à un déclic, une prise de conscience : En tant que surfeur, j'ai grandi sur les plages et toujours pris soin de mon terrain de jeu ; l'océan. Du coup, à chaque étape de ma vie personnelle et professionnelle, j'ai toujours eu à coeur de préserver au maximum cet endroit qui m'est si cher. Ce qui est cool, c'est que la démarche est là depuis plus de 20 ans mais aujourd'hui les clients la prennent en considération ce qui explique notre progression ces dernières saisons. 

En ce sens, je suis engagé dans mon quotidien, j’applique des bonnes pratiques de bon sens, j’éduque mes enfants pour qu’ils adoptent eux-mêmes naturellement ces bonnes pratiques. J’aime soutenir les marques et commerçants locaux.

Dans mon travail, je réfléchis à comment faire pour avoir le meilleur impact sur le monde dans lequel nous vivons. Tous nos produits chez Sen No Sen durent grâce à leur qualité, sont fabriqués avec des matériaux comme le coton bio, des polyester recyclés, nos combinaisons en caoutchouc naturel et nous essayons aussi d’avoir un impact local en mettant un cadre de travail agréable pour nos collaborateurs, une rémunération juste, en soutenant les initiatives de notre communauté etc…

La manière dont je perçois le monde autour de moi et dont j’interagis avec les autres a fortement été influencée par les voyages à travers le monde pour surfer de belles vagues et ça m’a aussi permis de rencontrer des gens et des cultures différentes. Chaque voyage a été un apprentissage et j’essaie de le transmettre à travers la marque. Mais souvent derrière les images de carte postale se cache la triste réalité comme de véritables déchetteries sauvages à ciel ouvert, des cours d’eau pollués par l’industrie, des plages qui ressemblent à des décharges ou encore les maladies que l’on peut attraper dans l’eau… 

J’aime à penser que la volonté de soutenir les nobles causes est contagieuse. Alors si je devais donner un conseil à ceux qui n’ont pas encore sauté le pas : Chaque geste compte, il ne faut pas culpabiliser si on ne fait pas tout parfaitement, la simple volonté de vouloir s’améliorer a un impact positif. Et c’est un cercle vertueux, plus on progresse dans notre compréhension de comment améliorer ses bonnes pratiques, plus ça donne envie de continuer, donc commencez par des gestes simples comme choisir des fruits et légumes de saison qui n’ont pas traversé la terre pour finir dans votre assiette ou encore regarder d’où viennent vos vêtements !

Pour autant, adopter un mode de vie plus éthique et responsable n’est pas un processus linéaire ; j’ai du mal à me passer de ma voiture pour me déplacer et je la prends encore trop souvent pour des courtes distances. Je le sais et j’essaie d’abandonner certaines mauvaises habitudes, mais pas toutes en même temps.

©Yannick Letoquin

Retrouvez notre sélection Sen No Sen sur notre site Venitz

https://sennosen.com

Venitz - le